L'essentiel

Déchets nucléaires : questions explosives soulevées par le projet CIGÉO à Bure

Décidé par l'État français, le projet CIGÉO à Bure vise à enfouir les déchets nucléaires les plus radioactifs du pays pour des centaines de milliers d’années. Plonger dans ce dossier, c'est rencontrer une multitude de questions auxquelles ni les promoteurs, ni l'État ne savent répondre, révélant ainsi notre incapacité à gérer les déchets nucléaires. Mirabel-Lorraine Nature Environnement et France Nature Environnement reviennent sur quelques questions explosives liées à ce projet.

En quoi consiste le projet de CIGÉO à Bure ?

Enfouir 99,9 % de la radioactivité totale des déchets du programme nucléaire français dans un seul et même lieu pour des centaines de milliers d'années : voici, en substance, l'insensé projet du Centre Industriel de stockage GÉOlogique, alias CIGÉO, à Bure. Cette poubelle du nucléaire français est censée accueillir ses premiers colis de déchets radioactifs en 2030. Pendant au moins 120 ans, ils seraient alors progressivement entreposés à 500 mètres sous terre, avant que le stockage ne soit « scellé pour l’éternité ». Alors qu’il avait été demandé d’étudier diverses alternatives à l’enfouissement en profondeur, l'État a d’ores et déjà jeté son dévolu sur la commune de Bure, village de 90 âmes entre Nancy et Troyes. Si pour l’instant aucun déchet n’y est enfoui, un laboratoire de l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs) y est installé depuis 2000 et y jette les bases d’un centre d’enfouissement.

L’ANDRA est l’établissement public chargé de traiter l'épineuse question des déchets nucléaires. Pour y répondre, elle a décidé de construire à 500m de profondeur environ 300km de galeries souterraines (soit Paris-Angers à vol d'oiseau). La surface de cette poubelle nucléaire représente plus de 2 fois celle de la ville de Paris. Ces galeries desserviraient des alvéoles horizontales de plusieurs centaines de mètres au sein d’une couche d’argile censée ralentir la diffusion de la radioactivité vers la surface au cours des millénaires. 108 000 m3 de déchets radioactifs dits "à haute activité" et "à moyenne activité à vie longue" (HA & MA-VL) y seraient enfouis, l'équivalent d'environ 43 piscines olympiques de 2 m de profondeur.

Mais en réalité, nul ne sait exactement ce qui sera enfoui car, au fur à mesure que le temps passe, de nouveaux déchets nucléaires dont on ne sait que faire s'accumulent. Ils pourraient aussi finir dans le « grand trou » puisque ce scénario s'est déjà réalisé avec les déchets de Moyenne activité à vie longue qui n'étaient pas prévus dans ce projet au départ.

Et si ces déchets HA & MA-VL ne constitueraient pour l'heure « que » 3,2 % du volume total de ceux issus des réacteurs nucléaires français, ils concentrent à eux seuls 99,9 % de leur radioactivité.

A quoi peut-on comparer la radioactivité de ces déchets ?

Tenter de décrire la dangerosité des déchets que l’État désire enfouir à Bure, c'est se confronter à un dictionnaire qui manque de mots. Les chiffres aident à percevoir l'enjeu. Cette radioactivité représente près de 100 fois celle dispersée par l'accident de Tchernobyl. La durée de sa dangerosité, elle, est estimée à 100 000 ans.

100 000 ans. Une échelle de temps hors de proportion avec toute civilisation et hors de portée pour les humains et leur espérance de vie d’environ 80 ans. Alors qu’aucun assureur ne garantirait l'absence d'accidents sur une telle durée, l'État français croit pouvoir tenir le pari… Par sa nature, CIGÉO interroge donc fortement l'avenir, la durée de l'engagement des choix politiques présents et la fiabilité des compétences actuelles de l’industrie nucléaire alors que la Mise à l’Arrêt Définitif (MAD) des réacteurs et leur Démantèlement (DEM) doit se préciser.

Photo : Vue d'un bâtiment de Prypiat des dizaines d'années après l'accident de Tchernobyl. Crédit pxhere

Si face à cette brûlante question de la gestion des déchets nucléaire, l'étude de différentes options s'avère primordiale, le concept de plan B à CIGÉO, prévu en 1991, a été supprimé en 2006. Ce renoncement à l'étude d'alternatives conduit désormais les pouvoirs publics à faire plier le projet à une décision déjà prise. Une conception à l'envers. Immanquablement, le site de Bure montre déjà des failles : deux décès sont déjà survenus sur le site et donnent un amer avant-goût des risques qui pèsent sur le projet.

Une qualité des sous-sols en question

L’accident du 26 janvier 2016 qui a tué un technicien et en a blessé un autre peut être affecté à tous risques miniers. Cependant, il pose ici crucialement la question de la stabilité des sous-sols. En effet, malgré un boulonnage, une partie de la roche a glissé, s'est effondrée et a enseveli un salarié. Le creusement de galeries altère forcément l’unité de la roche, elle provoque fracturations et fissurations sur le pourtour des cavités. Ce phénomène, nommé « zone endommagée » (EDZ), fait perdre à la roche ses propriétés premières. En 2005, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) soulignait à ce propos qu'à Bure, « l'extension de [la zone fracturée] s'avère plus grande que prévue ».

Le phénomène de zone endommagée est-il sous-estimé ? Le drame serait-il plutôt survenu à cause de la nature même de la roche, une argilite, qui est en réalité une marne, critiquée par certains géologues pour sa friabilité ? A la question de stabilité du sol s'ajoute celle du choix même d'enfouir les déchets. L'expérience la plus similaire à celle de CIGÉO, le projet WIPP (Waste Isolation Pilot Plant), aux Etats-Unis, a rapidement montré les limites d'un tel choix.

Photo-contexte. Éboulement sous le tunnel du Rove (Provence-Alpes-Côte d'Azur). Crédit Revjoy.

Le choix de l’enfouissement en profondeur est-il pertinent et réversible en cas d’accident ?

Le projet WIPP (Waste Isolation Pilot Plant) est un site d’enfouissement de déchets radioactifs militaires de Moyenne et de Faible Activité à Vie Longue (MA-FAVL), donc beaucoup moins irradiants qu'à Bure. Il est entré en fonction en 1999 aux États-Unis. Seulement, deux incendies successifs en sous-sol ont provoqué une contamination humaine en surface. Résultat : le site a fermé provisoirement au bout de 15 ans alors même que ce tout premier site d’enfouissement de déchets radioactifs au monde était censé durer 10 000 ans.

Que s’est-il passé pour en arriver là ? Le 5 février 2014, un incendie se déclare sur un camion dans une galerie. Neuf jours après, un fût de déchets explose et provoque un autre incendie. Or en profondeur, rien ne se passe comme en surface. Agir dans un site d'enfouissement s'avère particulièrement ardu : il n’est pas systématiquement possible d’utiliser de l’eau à cause de la nature même des déchets à traiter. Sur place, peu d'informations sont alors livrées aux populations.

Depuis, des milliers de pages de rapports et commentaires avec contre-expertises ont été rendus publics. Ils permettent de se faire une bonne idée des centaines d’aléas liés à l'enfouissement de déchets nucléaires, aux États-Unis comme en France.

Photo : préparation d'une intervention sur le projet WIPP. Crédit US department of Energy

Une longue enquête a fini par pointer du doigt la non-conformité d'un fût. Elle montre aussi que l’univers confiné dégrade très rapidement les matériels et déplore leur importante vétusté, 15 ans seulement après l’ouverture.

Si le redémarrage du chantier du WIPP apparaît sur le papier comme opérationnel fin 2016, il n'est pas effectif à ce jour. Actuellement, les travaux consistent à réhabiliter les lieux. Ils scellent notamment définitivement de manière irréversible certains quartiers où sont entreposés des fûts potentiellement de même nature que celui qui a explosé. L’activité réelle ne reprendra au mieux qu’en 2021, quand il aura été dépensé environ 2 milliards de dollars supplémentaires de « remise à niveau ».

L'échec de l'enfouissement profond de WIPP n'est pas un cas isolé. Les enseignement de ASSE II, en Allemagne, comme Stocamine, en France, montrent que les systèmes miniers ne sont pas en cohérence avec des stockages de déchets, qu’ils soient radioactifs ou non. En effet, la grande profondeur aggrave les difficultés à faire face au moindre accident.

Infiltrations d'eau, risques d'incendie, ventilation éternelle… CIGÉO face à des centaines de milliers d'années

Eau et déchets nucléaires ne font pas bon ménage. L'Andra a déjà pu percevoir ces désastreux effets lorsqu'elle a participé au projet de Asse II, en Allemagne. Contrairement à ce qui était projeté, des infiltrations d'eau ont eu lieu sur ce site aux 126 000 fûts de déchets radioactifs, provoquant des contaminations radioactives en surface. Les dégâts sont tels que l’extraction des fûts a été décidée après 2030 pour un coût estimé entre 5 et 10 milliards d’euros. Comment garantir qu'à Bure, les couches d’argile et de béton ne vont pas se dégrader en 100 000 ans et faciliter des infiltrations d’eau ? Et même sans cela, des infiltrations ne risqueraient-elles pas de se produire à travers les circuits de ventilation et les puits ?

Photo prise en février 2014 à WIPP d'un fût radioactif endommagé. Crédit US départment of Energy

De plus, selon leur nature, les déchets nucléaires dégagent en permanence de la chaleur, de l’hydrogène et des radioéléments. Certaines combinaisons et/ou associations de déchets sont interdites au risque de réactions ingérables. Ainsi, il est impératif que la zone de stockage soit ventilée en permanence pour ne pas monter en température du fait du dégagement de chaleur des colis et pour obtenir une concentration aussi faible que possible en hydrogène… Bref, il ne faut surtout pas atteindre 100°C sous peine d'avoir une réaction explosive. Seulement, qui peut sérieusement garantir une absence de panne de ventilation durant les 120 ans de remplissage de cette poubelle ? Et pour les 100 000 ans suivants ?

En cas d’incendie, l’arrêt de la ventilation augmenterait la concentration d’hydrogène et donc le risque d’explosion tandis que l’augmentation de la ventilation pour éliminer les fumées attiserait l’incendie... Comment éviter toute étincelle avec les différents dispositifs électriques et les engins qui circuleraient pendant les quelque 120 ans de remplissage de cette méga-poubelle nucléaire, au sein d’un milieu chargé en hydrogène particulièrement inflammable ?

Même en temps normal, l'hydrogène et les radioéléments rejetés par cette ventilation ne nuiront-ils pas à la santé des habitants et l'environnement de la Haute-Marne et de la Meuse ?

Enfin, le risque sismique entre également en ligne de mire. Régulièrement réévalué par les scientifiques, il est qualifié de « stable » car il n’aurait pas bougé depuis 130 millions d’années. Seulement, le passé ne peut prédire l'avenir. Le site de Bure, ceinturé de fractures géologiques, n'est pas à l'abri des caprices sismiques.

Ces questions et bien d’autres encore, les opposants au projet de CIGÉO ne sont pas les seuls à se les poser : les instances d'expertise de l'État les relèvent également.

Les experts et leurs critiques seront-ils entendus ?

Dans son avis et son rapport sur le « Dossier d’Options de Sûreté » du projet CIGÉO rendu le 15 juin 2017, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), expert public en matière de recherche et d’expertise sur les risques nucléaires et radiologiques, s'inquiète principalement de quatre points du projet concernant :

- la sécurité notamment sur les transferts de radioactivité dans l’environnement, pour protéger les populations,


- les moyens de surveillance mis en place lors de l'exploitation,

- la possibilité d’intervenir pour gérer des situations susceptibles d’entraîner une contamination des infrastructures,

- la sécurité contre les incendies.

C'est ainsi que le rapport de l'IRSN interroge la conception même du projet en soulignant qu'il faudra « revoir significativement les concepts afin d’éliminer la possibilité qu’un incendie puisse se propager dans l’alvéole de stockage ». Cette expertise confirme surtout les doutes sur la faisabilité de CIGÉO au vu des nombreuses questions scientifiques qui restent sans réponse. Et les questions peuvent encore et encore se décliner...

Photo de la centrale de Golfech (Tarn et Garonne). Crédit Renaud Camus

Le projet est-il vraiment réversible ?

Espérant trouver un jour une solution meilleure face à l'épineux problème des déchets nucléaires, l'exécutif a inscrit dans la loi que le projet CIGEO doit être réversible. Selon sa définition, en cas d'idées lumineuses ou de sérieux problèmes il doit donc être possible de vider les déchets nucléaires qui auraient déjà été entreposés durant les 120 ans de remplissage. Ensuite, fermeture des portes. La réversibilité disparaît. Comme l'ont montré les expériences précédentes de stockage en profondeur, à WIPP ou encore Asse II, cette réversibilité inscrite dans la loi ressemble davantage à un vœu allégeant les consciences qu'à une réalité : elle est techniquement impossible.

A la question de la réversibilité s'ajoute également celle de l'impossible risque zéro. Bien plus que la théorie, le premier décès survenu sur les lieux en rappelle l'évidence.

Mort d'un employé en 2002 : jusqu’à quel point la France est-elle prête à croire au risque zéro face aux ravages de l'atome ?

Le premier événement tragique sur le chantier est survenu en mai 2002. Alors qu’il travaillait dans le puits principal d’accès du laboratoire, un mineur de 33 ans est écrasé par un tube de 400 kg. Celui-ci s’est détaché à une quinzaine de mètres au-dessus de lui. Suite au drame, l’Inspection du travail souligne de « graves manquements en matière de sécurité ». Bouygues Travaux Publics rétorque que « les mesures d’organisation et de sécurité sur place étaient nettement supérieures à celles prises dans la profession. » Plus tard, face au tribunal de Bar-le-duc en 2007, le groupe de BTP avance que l’accident s’est produit à la suite d'« une collection d’erreurs » de ses employés.

Les deux points de vue se rejoignent sur l'essentiel : il y a eu des erreurs. Que l'origine du drame provienne de manquements, de maladresses, de mauvaises intentions ou d'oublis, le drame est là et personne n'a su agir ou réagir avant, malgré un chantier identifié à risques et une sécurité annoncée comme « supérieure ». Le site de CIGÉO n'accueille pas encore de déchets. Jusqu’à quel point la France est-elle prête à croire au risque zéro face aux ravages de l'atome ? Sur les 4 pays les plus nucléarisés au monde, la France est aujourd'hui le seul à ne pas avoir vécu d'accident de grande ampleur, mais pour combien de temps encore cela restera-il vrai ?

Que demande France Nature Environnement ?

France Nature Environnement appelle à la sortie du nucléaire afin, notamment, de ne plus produire ces déchets et d'en connaître la réalité. Nous demandons l’arrêt du projet CIGÉO avant d'engager une phase pilote. Les retours d’expérience des centres de stockage du WIPP (Etats-Unis), Asse (Allemagne), ou encore du centre de stockage de déchets chimiques de Stocamine (Alsace) semblent négligés et ne permettent pas d’aborder sereinement le projet CIGÉO. Celui-ci fait l'objet de questionnements scientifiques sur sa faisabilité, restés sans réponse malgré d’importantes sommes d'argent engagées depuis près de 20 ans. De plus, il a été décidé de réaliser cette installation, et exclusivement celle-ci, avant même que sa faisabilité soit avérée, ce qui conduit à un projet imposé, source de très graves tensions locales et nationales.

CIGÉO ne constitue pas un projet de territoire soutenable pour ses habitants qui le contestent, ni pour l’ensemble de la nation qui ne pourrait assumer un tel héritage. Construire la plus grande poubelle nucléaire du monde à Bure reviendrait à ajouter un grand nombre d’aléas ingérables à la catastrophe que représente d’ores et déjà la filière nucléaire en quasi-faillite.

C'est pourquoi France Nature Environnement demande de toute urgence de stopper le projet CIGÉO et de le comparer avec ses alternatives, à l’aune d’études de faisabilité attendues depuis de trop nombreuses années.

 

Texte mis en ligne le 12/02/18 - Mis à jour le 23/02/18

Photo, rassemblement pour la fermeture de Fessenheim à Colmar, octobre 2009 Crédit Sortir du Nucléaire